Accueil > Programme > Itinéraires spirituels > Haltes spirituelles > « Miséricordieux comme le Père »

« Miséricordieux comme le Père »

Cette halte spirituelle s’adresse à tous ceux qui veulent vivre un temps spirituel à partir de la Parole de Dieu en s’appuyant sur la tradition ignatienne. Dans un climat de silence et d’intériorité, la journée est rythmée par des temps de prière personnelle et commune.

Illustrations

1 Message

  • Halte spirituelle Le 23 novembre 2015 à 19:24, par Une participante

    Par cette belle journée ensoleillée, quelques personnes ont choisi de faire une « halte spirituelle », de prendre un peu de leur temps pour donner au Seigneur une journée d’écoute de sa Parole.
    Une journée sur une année... pour « goûter comme est bon le Seigneur »
    Est-ce trop ?

    Le thème était « Miséricordieux comme le Père », ouvrant ainsi nos cœurs, à l’avance, à l’année de la Miséricorde.

    Dans un premier temps, nous avons réfléchi à partir du logo voulu par le pape François pour cette année jubilaire et que nous devons au P.J. Marko RUPNIK ; œuvre un peu déconcertante au premier regard, choquante même pour certains, mais que nous avons mieux comprise, donc mieux appréciée, quand la symbolique nous en a été révélée :
    «  Le Bon Pasteur charge sur lui, avec une miséricorde infinie, l’humanité entière, mais ses yeux se confondent avec ceux de l’homme. Le Christ voit par les yeux d’Adam, et celui-ci par les yeux du Christ »

    Cette étude nous a amenés à la lecture de la parabole de la brebis égarée (Lc XV 1-7) suivie d’un « dialogue contemplatif », par petits groupes.
    Court moment de méditation , où chacun apporte son ressenti en relevant une phrase, un mot, une action qui, dans le texte, lui parle directement au cœur ; ce sont comme des petites lumières qui éclairent la Parole et chacun y voit, grâce à l’autre, ce qu’il n’avait pas encore découvert.... merveille de la Parole vivante et si actuelle de notre Dieu !
    On ne remerciera jamais assez le grand St Ignace de Loyola de nous avoir ouvert ce chemin de lecture.

    Tout naturellement, nous avons ensuite écouté la parabole du « fils prodigue » (Lc XV 11-32) en nous focalisant sur le père, aidés en cela par la contemplation du tableau de Rembrandt et l’étude qu’en a fait Paul Baudiquey ; un grand moment ... suivi d’un temps personnel que chacun a vécu comme il le désirait et où il le voulait.

    Après un repas très convivial, qui a permis de faire connaissance et d’échanger, l’après-midi a commencé par la lecture de la 3ème parabole de Miséricorde, celle du « Bon Samaritain »
    Nous l’avons écoutée à la lumière des vitraux de la Cathédrale de Bourges (XIII° siècle) qui nous ont permis de revisiter une histoire que nous croyions connaître par cœur !
    Un deuxième temps personnel n’était pas de trop pour prier, intérioriser et mémoriser dans son cœur toutes les richesses découvertes dans les trois textes.

    La dernière demi-heure était consacrée à une célébration à la chapelle, sobre et recueillie : trois textes priés, un psaume lu et psalmodié et pour finir la prière à « notre Père »

    Les mots de chacun, après cette journée de recueillement, étaient encourageants :
    « rencontre avec Jésus qui ne me demande pas de l’imiter mais m’invite à l’amour »
    « partage des émotions »
    « prendre du temps, approfondir »
    « prendre conscience un peu plus de l’amour que Dieu nous porte »
    « aide au pardon »
    « calme et sérénité de la journée »
    « temps de réflexion en dehors des occupations quotidiennes »
    « temps de miséricorde »
    « j’ai réalisé que, dans la parabole, Jésus est à la fois le samaritain qui sauve et l’homme souffrant »
    « beaucoup d’espérance donnée »
    « beaucoup de paix reçue »
    Tous on également apprécié les présentations de la Parole à travers des œuvres d’art.
    Merci à Sr Marylou pour l’énorme travail fourni.
    Merci à tous ceux qui ont consacré une de leur journée à écouter Jésus.
    Nous espérons que l’année prochaine beaucoup d’autres se joindront à nous en acceptant, pour un jour, de faire passer avant toutes leurs obligations, toutes légitimes qu’elles soient ( Lc XIV 18-20 ), ce Dieu de Miséricorde, qui nous cherche et nous attend encore et toujours.

    Répondre à ce message

Commenter ou questionner

Coteaux Païs - Centre spirituel jésuite du Sud-Ouest