Accueil > Programme > Archives des années passées > Ancienne Documentation > Au service des Eglises Locales > Vers quelle Eglise allons-nous ?

Vers quelle Eglise allons-nous ?

Une nouvelle naissance

Frédéric FORNOS, sj

 
Vers quelle Eglise allons-nous ? Lors d’une halte paroissiale une dame me disait : « on n’est plus très nombreux, et puis il y a de moins en moins de jeunes, et les prêtres se font rares ! ». Du coup les diocèses restructurent le paysage ecclésial, on regroupe les paroisses en « ensembles paroissiaux » ou en « paroisses nouvelles », ou bien encore on essaye de créer des dynamiques plus larges, sur le « doyenné », le « secteur », etc., mais on sent bien que cette restructuration ne suffit pas. En monde rural surtout, nous avons l’impression, comme dans un mouvement inexorable, que les églises, fermées, sans messes, sans prêtres, sont de plus en plus abandonnées, et qu’on centralise les choses ailleurs. Aussi beaucoup moins de chrétiens se déplacent et l’impression que tous les services retombent toujours sur les mêmes s’accroit. Alors que faire ? Vers où allons-nous ?

 

Il est probable que nous soyons tellement marqués par une image de l’Eglise que nous avons connue dans le passé que nous ne reconnaissions pas, ou peu, ce qui est en train de naître aujourd’hui. Pourtant quelque chose de nouveau est en train de naître ! L’Esprit est à l’œuvre aujourd’hui ! Le changement culturel que nous vivons est tel qu’il n’est plus question d’adaptation. Le modèle pastoral qui s’est imposé au Concile de Latran en 1215, qui quadrillait le territoire de façon systématique, et encadrait la vie des croyants, le curé fondant l’unité de la paroisse, est en train d’imploser. Cependant une nouvelle figure d’Eglise se cherche. En France la « pastorale de la proposition » des années 90 présentée aujourd’hui comme « pastorale de l’initiation » est pleine de promesse. Qu’il suffise de rappeler ici l’élan vécu par les participants à Ecclésia 2007 ! Cette pastorale insiste sur la communauté chrétienne tout entière comme lieu de l’engendrement à la foi, dans la liturgie de l’Eglise, à l’écoute de la Parole de Dieu. Mais faut-il pour cela qu’il y ait une « communauté chrétienne » ! Or les « remodelages paroissiaux », en unités toujours plus grandes, ne favorisent pas toujours la constitution d’une « communauté chrétienne ». Si ses restructurations ne sont pas accompagnées d’une dynamique locale de proximité il sera bien difficile d’aller dans le sens de la « pédagogie d’initiation » mise en lumière par le Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France.
 
L’Evangile est le chemin d’accès à l’expérience croyante et nous sentons, plus que jamais, qu’il doit être au centre de la communauté des disciples de Jésus-Christ. Constituer de petits groupes de lecture de l’Evangile partout où « deux ou trois sont réunis en mon nom », pour relire à sa lumière notre vie, avec d’autres, peut être aujourd’hui une chance pour les paroisses. « Nous avons besoin d’inventer de nouveaux lieux de rencontre et de partage ».
 
Au Coteaux-Païs, depuis plusieurs années, au service des diocèses nous cherchons à aider, modestement, à cet engendrement. Les haltes paroissiales, avec leur dynamique pastorale et spirituelle, les « relectures d’engagements pastoraux », mais aussi « l’initiation à la prière » en paroisse, et bien d’autres propositions. Nous sentons aussi, en interne, combien notre manière de travailler ensemble, jésuites, religieuses, laïcs, au service de la mission du Christ, dans la prière et le discernement en commun, nous ouvre des chemins nouveaux.
 
Laissons-nous engendrer par l’Evangile et accueillons Celui qui vient surprendre toujours nos attentes. Aujourd’hui l’Esprit fait naître du nouveau comme dans les commencements sur les routes de Galilée, une nouvelle figure d’Eglise que nous ne connaissons pas, mais qui déjà nous entraîne. 
 
Heureux celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre !
 
Frédéric Fornos sj

Commenter ou questionner

Coteaux Païs - Centre spirituel jésuite du Sud-Ouest