Accueil > Présentation des Coteaux-Païs > Vie du Centre > Noël... fête universelle de l’humanité !

Noël... fête universelle de l’humanité !

par Jean d’ALES, sj

logo« Un enfant nous est né. » ... le cantique n’en dit pas plus que la naissance d’un enfant ... un enfant comme les autres enfants, absolument comme les autres. Cri d’émerveillement et de joie de parents comblés. Réponse en gazouillis de leur enfant agité qui vient de se livrer à leur regard.

Moi aussi je regarde, de tout ce que mes yeux peuvent voir, mais rien de plus
j’entends, de tout ce que mes oreilles discernent, mais rien de plus – et je touche une peau toute douce, telle qu’en ont tous les petits d’homme qui viennent de naître.

En somme, je dois me rendre à l’évidence : cet enfant est un enfant comme les autres, absolument comme les autres, dont je ne sais qu’une chose, c’est qu’il grandira ; que, vers 12 ans, il s’émancipera de la tutelle de ses parents pour devenir lui-même ; et que, peut­-être vers 30 ans, il laissera éclater et s’exprimer la personnalité qui lui est propre. Rien de plus.

Saint Paul ne nous invite-t-il pas à dégager radicalement cet enfant de nos pensées pieuses qui voudraient lui rattacher malencontreusement ce que nos imaginations lui prêtent « du rang qui l’égalait à Dieu « , auquel précisément il a renoncé ? ... Non, semblable aux hommes, et reconnu comme tel, il est homme, et rien de plus à nos yeux qui le regardent !

Il est vrai que, vers 30 ans ou 33 ans, l’histoire nous rapporte que cet enfant, devenu homme adulte, a révélé en lui une « personne » très particulière ; ses paroles et ses gestes ont ouvert les yeux des hommes à un monde d’intériorité dont ils n’avaient guère - et n’ont toujours pas - une idée bien claire et décisive, et notamment à la découverte en tout homme d’une capacité à « aimer ses frères comme lui-même nous a aimés », jusqu’au bout ...

C’est cette découverte, inimaginable, qui nous fait projeter, un peu rapidement, sur l’enfant de la crèche un regard que nous qualifions facilement de « divin », selon nos critères à nous...

Mais si nous revenons à notre point de départ, c’est à l’image de cet enfant comme les autres, tout simplement, que nous sommes invités à regarder tout enfant (quels que soient son sexe, sa race, et sa couleur de peau, la religion de ses parents, etc...) ; tout enfant a en lui, parce que homme tout simplement, la capacité « d’aimer comme Il nous a aimés », jusqu’au bout, ou en d’autres termes « le pouvoir de devenir enfant de Dieu »­
Ainsi tout enfant - et tout homme qu’il deviendra - entendra qu’il peut être lui aussi - à travers l’amour qu’il donne et celui qu’il reçoit - identifié au fils de Dieu, qui n’a pas craint de s’identifier au fils de l’homme.

Ainsi regardée, la fête de Noël ne peut plus être seulement retenue, indûment, par les yeux chrétiens, comme la fête de la naissance du seul Jésus ; elle est aussi, et du même coup, la fête universelle de la naissance des petits d’homme !

A nous de la fêter dignement !

Noël, fête de notre humanité !

Commenter ou questionner

Coteaux Païs - Centre spirituel jésuite du Sud-Ouest